Quelle borne de recharge pour la Mini Cooper SE ?

Quelle borne de recharge pour la Mini Cooper SE ?

Elle n’a plus aucun secret pour personne. La Mini Cooper a été érigée au rang de mythe et compte bien garder son titre en tentant de rester éternelle. À chaque génération, elle se renouvelle pour rester dans l’air du temps. Comme ce sont les véhicules électriques qui ont la cote en ce moment, la marque britannique n’a pas hésité à décliner sa petite citadine sous cette forme. Bienvenue à la Mini Cooper SE qui plait non seulement pour son design et ses performances, mais aussi pour son autonomie et sa facilité de charge.

Les caractéristiques de la Mini Cooper SE

Elle sillonne les routes depuis 1959 sous le nom Morris et Austin. Mais le succès n’est pas immédiatement au rendez-vous. Il faudra attendre plusieurs années avant que la micro-citadine perce. Son succès va débuter lorsqu’elle est adoptée par des personnages célèbres comme les Beatles et grâce aux victoires dans les rallyes. Après le rachat de Rovers Cars produisant la Mini par BMW en 1994, les choses vont aller très vite. La citadine va se décliner en une myriade de carrosseries et modèles pour satisfaire tous les goûts. Elle n’échappera pas non plus à l’électrification. En 2017, à l’occasion du Salon de Francfort, le constructeur allemand va présenter un concept car électrique préfigurant la Mini Cooper SE. Celle-ci est disponible auprès des concessionnaires à partir de 2019. Existante en version trois portes uniquement, elle va reprendre une grande partie des éléments esthétiques de la Mini classique notamment les optiques arrière représentant l’Union Flag. Sous le capot, la Mini Cooper SE embarque un électromoteur de 135 kW ou 184 ch qui offre une expérience de conduite agréable notamment grâce à son style doux et dynamique à la fois et par son silence. Grâce à ses particularités, la puce électrique s’adapte totalement à une utilisation en ville.

Une citadine électrique dans le vent

La Mini Cooper SE est montée d’une batterie lithium ion de 32,6 kWh à 96 cellules capables d’offrir une autonomie de 230 km en cycle WLTP. Le véhicule consomme à peu près 15,2 à 15,9 kWh/100 km. Il s’illustre aussi pour sa technologie supérieure en proposant un cockpit équipé d’un combiné d’instrumentation avec un écran de 5,5 pouces et un système d’infodivertissement muni de sa propre dalle. Avec l’application Mini Connected, les utilisateurs pourront verrouiller et déverrouiller les portes automatiquement, faire fonctionner la préclimatisation, avoir accès aux informations sur les prévisions météorologiques et les rapports sur le trafic, etc.

La recharge à domicile de la Mini Cooper SE

La Mini Cooper SE peut être rechargée à la maison ou au bureau en proposant une puissance de charge maximale de 11 kW en triphasé. Elle est munie d’un connecteur Type 2 qui peut très bien être utilisé sur une prise domestique de 1,8 kW. Avec ce mode de recharge, la Mini Cooper SE se recharge de 20% à 80% en 9h43. Sur une prise renforcée green-up, la durée de la recharge passe à 4h44. L’avantage de recourir à une prise traditionnelle porte sur l’absence d’investissement supplémentaire. Il suffit de laisser sa voiture brancher toute la nuit pour récupérer une partie de l’énergie de la batterie. Toutefois, cette solution ne doit pas être utilisée régulièrement, car les risques de surchauffe sont élevés. Il est préférable de s’orienter vers la pose d’une Wallbox qui fait gagner du temps et qui est plus sécurisée. D’ailleurs, Mini est entouré de partenaires qui s’occupent de poser la Wallbox Mini. L’utilisateur ne se soucie de rien, puisque le prestataire se charge du devis et de la pose de la borne. Il apporte aussi les garanties nécessaires. À noter que la puissance tolérée par le véhicule sur une borne de recharge est de 11 kW. Même s’il est chargé sur une Wallbox de 11 kW, 22 kW voire 43 kW, le temps de recharge reste de 1h35 pour récupérer 20 à 80% de la batterie.

Recharger la Mini Cooper SE sur une borne publique

Au moment de faire ses courses aux supermarchés ou dans les centres commerciaux, l’utilisateur peut en profiter pour recharger sur une borne rapide. Equipée en courant continu (DC) par le biais d’une fiche CCS, la Mini Cooper SE peut se brancher sur une borne de 50 kW maximum lui permettant de recharger de 20 à 80% la batterie en seulement 30 minutes. Pour pouvoir retrouver les points de recharge situés partout en Europe, il suffit d’utiliser l’application Mini Charging donnant accès à plus de 100 000 bornes de recharge dont 20% se trouvent en Allemagne. Attention, il est déconseillé d’abuser de l’utilisation de la recharge rapide. À cause de la surchauffe, la batterie risque de s’altérer plus rapidement, ce qui réduit sa durée de vie. Par ailleurs, il est toujours préférable de ne pas laisser le niveau de la batterie en-dessous de 20% ni dépasser les 80% afin de la préserver.

Pourquoi adopter la Mini Cooper SE ?

Il y a tant de raisons de passer à l’usage de voitures électriques. À commencer par le geste fait pour l’environnement. Ces véhicules n’émettent aucun gaz carbonique. À l’heure où la pollution atmosphérique atteint son summum, opter pour l’électromobilité est salutaire pour la planète. De plus, à cause de toute cette pollution justement, de nombreuses villes vont imposer des restrictions de circulation aux voitures thermiques. Choisir les voitures électriques constitue un moyen de contourner ces mesures. Une voiture électrique permet de faire de belles économies. En effet, l’usure des pièces est plus lente, ce qui évite de faire trop d’entretien. L’énergie utilisée coûte également moins cher. La Mini thermique exige un budget de carburant de 1200 euros tandis qu’un modèle électrique fait dépenser à peine 560 euros en énergie durant l’année. Pour optimiser au maximum l’autonomie du véhicule et ainsi réduire cette dépense en électricité, le véhicule est muni d’un freinage à régénération d’énergie. Lors des phases de décélérations ou de freinage, l’énergie utilisée est convertie en électricité pour faire fonctionner la batterie. Ce système a en même temps l’avantage de diminuer l’usure des disques de freins à cause de l’abrasion.