Véhicules Electriques

Acheter ou louer sa voiture électrique : quel est la solution la plus économique ?

Les voitures électriques prennent progressivement le pas sur les modèles thermiques. Toutefois, il existe encore un frein à leur essor à savoir leur prix. Le gouvernement a beau mettre en place des subventions telles que le bonus écologique, les autos à watts ne sont pas toujours accessibles à toutes les bourses. Par chance, il existe plusieurs solutions de financement pouvant être adoptées afin d’acquérir une voiture électrique de façon plus économique. Parmi elles figure la Location Longue Durée ou la Location avec Option d’Achat.

Le prix : un frein à l’essor des autos électriques

La voiture électrique a été évoquée pour la première fois dès les années 1830. Le premier prototype prenant la forme d’une carriole électrique a été créé par Robert Anderson. Les versions plus modernes pour leur part font leur apparition dans les années 1990, plus spécifiquement en 1997 avec la Toyota Prius. Il ne s’agit pas à proprement parler d’une voiture 100% électrique, mais plutôt hybride qui a été vendue en 18 000 exemplaires au Japon. Il faudra attendre 2008 pour que Tesla sorte son Roadster qui sera le premier véhicule purement électrique. Mitsubishi suit le pas en 2009 avec la i-Miev qui bénéfice de cousines européennes à savoir la Citroën C-Zero et la Peugeot iOn. Renault s’investit aussi sur le marché et sort sa Fluence ZE en 2009, le Twizy et le Kangoo ZE en 2011 et l’iconique Zoé en 2012. L’ère de la mobilité électrique a commencé.

Progressivement, les autos à watts vont profiter des plus importantes avancées technologiques. Ces innovations contribuent à faire augmenter le coût de ces véhicules. Prenons simplement l’exemple de la Renault Twingo. La version essence est accessible à partir de 15 750 euros tandis que la déclinaison électrique coûte 23 650 euros. Le coût de la batterie est principalement à l’origine de cet écart tarifaire important. Il représente jusqu’à la moitié du prix de la voiture électrique bien qu’on constate une chute du coût au kWh depuis quelques années.

Les tarifs élevés des véhicules font partie des raisons qui expliquent les réticences des conducteurs à l’idée de transiter vers la mobilité électrique. Tout le monde ne peut pas se permettre de s’offrir une auto à des prix exorbitants sans compter qu’il est également nécessaire de prévoir un budget supplémentaire pour installer une borne de recharge à domicile. Comme alternative, les constructeurs mettent en avant une diversité de solutions de financement parmi lesquelles figure le leasing. L’objectif est de donner la possibilité aux conducteurs de disposer d’une voiture électrique sans devoir payer dans l’immédiat son prix total. Ce système locatif a représenté 47,2% des financements pour l’acquisition de voitures neuves chez les particuliers en 2021, preuve de son succès.

Les différentes formules locatives disponibles

Il existe principalement deux formules de leasing sur le marché à savoir la Location avec Option d’Achat (LOA) et la Location Longue Durée (LLD). La LOA est un dispositif locatif qui permet de profiter de la jouissance du véhicule sur une période prédéterminée de 2 à 5 ans. À titre de locataire, l’utilisateur est redevable d’un loyer mensuel dont le prix dépend du coût total de la voiture choisie, de la durée du contrat, de la valeur résiduelle ou encore de l’apport versé. Il lui incombe également de payer les frais d’assurance et de prendre en charge l’entretien de l’auto. Assimilable à un crédit à la consommation, la LOA est encadrée par les dispositifs destinés à protéger les consommateurs. Elle est intéressante dans la mesure où elle permet d’acheter le véhicule à l’échéance du contrat et même bien avant, selon les termes prévus dans l’accord. De cette manière, le souscripteur ne perd pas tous les loyers qu’il a préalablement versés. S’il le veut, il a également la possibilité de revendre l’option d’achat à un tiers ou tout simplement de restituer le véhicule auprès du bailleur pour se désengager.

La LLD fonctionne de manière légèrement différente, car elle ne comporte aucune option d’achat. Cela veut dire que le souscripteur ne peut pas acheter la voiture. Celle-ci doit être rendue au terme de la location, c’est pourquoi il vaut mieux ne pas trop être attaché à l’idée d’être propriétaire. Un autre point distinguant la LOA de la LLD repose sur l’intégration d’une gamme de services dans le contrat. En LLD, le bailleur peut effectivement fournir des prestations d’entretien et de maintenance, l’assistance/dépannage 24h/24 et 7j/7, l’assurance auto, les garanties pertes financières ou encore l’assurance décès-invalidité. Il peut également mettre à disposition de ses clients une voiture de remplacement qui est mobilisée lorsque l’auto en location tombe en panne et a besoin d’une réparation. Ces services sont rarement inclus dans une LOA, car ils font augmenter le coût des loyers de façon exorbitante, ce qui rend l’opération peu intéressante. Comme la LLD ne comprend pas de valeur résiduelle, elle s’avère alors plus économique.

L’achat d’une voiture électrique : pour qui ? Comment s’y prendre ?

L’achat d’une voiture électrique est une option à adopter par les conducteurs qui désirent être propriétaires immédiatement sans subir des restrictions de kilomètres. Cette alternative est préconisée pour les grands rouleurs qui parcourent plus de 20 000 km par an, car en leasing, il existe un forfait kilométrique à respecter sans quoi des pénalités de dépassement relativement onéreuses sont facturées. L’achat est aussi idéal pour ceux qui ne sont pas découragés par la dépréciation et qui n’envisagent pas de revendre leur auto dans les premières années suivant son acquisition. Les conducteurs qui veulent garder leur voiture le plus longtemps possible et qui ne ressentent pas la nécessité de la renouveler régulièrement y trouveront leur compte.

L’achat peut être financé par le biais d’un crédit auto. Dans les faits, il s’avère que le coût d’un leasing est plus élevé que cet emprunt bancaire si l’on active l’option d’achat. Si les mensualités couvrent la dépréciation, le coût des intérêts est plus important que pour un prêt traditionnel. En cas d’impayés, le loueur est aussi en droit de récupérer la voiture et d’exiger le paiement du reste des mensualités. En leasing, une sortie par anticipation est compliquée. Des pénalités financières lourdes sont appliquées pour ceux qui veulent résilier le contrat avant son échéance.