Véhicules Electriques

Voiture électrique ou voiture à hydrogène : quelles différences ? Comment choisir ?

Théoriquement, la voiture électrique et la voiture à hydrogène sont logées à la même enseigne : il s’agit de deux technologies sans émission qui devraient permettre d’abandonner l’usage des véhicules à motorisation thermique et ainsi atteindre les objectifs européens de lutte contre le réchauffement climatique. Chaque technologie dispose cependant de ses avantages et inconvénients et pour être en mesure de choisir, l’automobiliste doit les confronter. Laquelle de la voiture électrique et de la voiture à hydrogène choisir ? Réponses.

Voiture électrique et voiture à hydrogène : fonctionnement

La voiture électrique et la voiture à hydrogène sont toutes les deux des véhicules électriques. La seule différence est que la voiture électrique puise son énergie depuis une source d’alimentation externe alors que la voiture à hydrogène produit elle-même l’énergie dont elle a besoin en utilisant l’hydrogène contenu dans ses réservoirs. La voiture électrique classique est dotée d’un ou plusieurs moteurs électriques qui sont alimentés par une batterie d’une capacité plus ou moins importante, logée sous le plancher. Pour remplir la batterie, l’utilisateur devra avoir recours à une borne de recharge. Elle pourra alors parcourir une distance moyenne de 350 km en une seule charge même si certains modèles plus performants dépassent les 600 km. En ce qui concerne la voiture à hydrogène, elle dispose également d’un ou deux moteurs électriques qui sont alimentés par l’électricité produite par une pile à combustible grâce à l’oxygène ambiant et l’hydrogène contenu dans son réservoir. Cette énergie est stockée dans une petite batterie et sert à faire fonctionner le moteur. Si l’on se base sur les modèles de véhicules à hydrogène existants, l’autonomie moyenne avec cette technologie est de 655 km. En termes d’autonomie, le véhicule à hydrogène est donc un bien meilleur choix.

Quelle technologie est la plus écologique ?

À l’usage, la voiture électrique classique est sans émission de gaz à effet de serre et il en est de même pour la voiture à hydrogène. La seule substance produite par cette dernière est de l’eau et elle est potable. Cependant, cela ne suffit pas pour attester qu’un véhicule est sans émission. En effet, pour faire le bilan carbone des deux technologies, il faut prendre en compte l’ensemble du cycle de vie de la voiture, depuis sa fabrication à son recyclage. D’après des études réalisées, la voiture à hydrogène émettrait 130 à 230 g de CO2 par kilomètre contre 160 à 250 g pour la voiture électrique. Si la voiture électrique classique est plus polluante, c’est en raison de la fabrication de la batterie nécessitant l’extraction de lithium et de métaux rares qui est assez gourmande en énergie. L’émission causée par la voiture électrique est aussi plus ou moins élevée en fonction de la manière dont l’électricité qu’elle utilise est produite.

Coût total de possession : laquelle est la plus économique ?

Le coût total de possession englobe le coût d’achat du véhicule et ses coûts d’utilisation pendant sa durée de vie utile. En ce qui concerne le prix d’achat, la voiture à hydrogène se révèle largement plus chère que la voiture électrique dans la mesure où le tarif de base est actuellement de 57 600 euros alors que le véhicule électrique est accessible à partir de 20 000 euros. En ce qui concerne l’énergie, la voiture électrique est également plus avantageuse dans la mesure où le cout de l’électricité pour 100 km varie entre 2 et 7 euros, contre 9 à 12 euros pour la voiture à hydrogène. En revanche, en matière d’entretien, l’hydrogène est susceptible de coûter moins cher. En effet, la durée de vie des réservoirs d’hydrogènes et de la pile à combustible est estimée à 20 ans alors que celle de la batterie d’une voiture électrique est en moyenne de 1 500 cycles de recharge, ce qui équivaut à 500 000 km.

Quelle technologie est la plus pratique à l’usage ?

Le choix d’une nouvelle forme de mobilité dépend en grande partie de sa praticité. En effet, les automobilistes s’avèrent plus réticents à l’idée de changer leurs habitudes de conduite. Ils seront donc naturellement tentés de choisir la solution qui leur donne le moins de fil à retordre. En matière de temps de recharge, il est indéniable que la voiture à hydrogène est la plus intéressante. Faire le plein d’hydrogène ne demande que quelques minutes grâce aux réservoirs à haute pression. En revanche, même avec une borne de recharge rapide, la batterie électrique prendra au moins 30 minutes pour atteindre les 80%.

Néanmoins, la recharge dépend aussi de l’existence d’infrastructure adaptée et pour l’heure, les bornes de recharge couvrent largement plus de territoires que les stations à hydrogène. À ce jour, le nombre de bornes accessibles aux publics sur tout le territoire est de 57 732 unités contre 31 stations à hydrogène ouvertes au public seulement, sans compter les bornes de recharge privées installées au sein des habitations et des bâtiments professionnels. Par ailleurs, cet écart se creuse de plus en plus dans la mesure où les bornes électriques sont moins onéreuses à mettre en place que les stations à hydrogène. Compte tenu de la difficulté d’accès à l’hydrogène, le véhicule électrique classique est donc un meilleur choix.

Voiture électrique ou voiture à hydrogène : quelles sont les offres ?

La mobilité électrique étant plus développée en raison de ses nombreux avantages, il existe plus d’offres de véhicules électriques que de véhicules à hydrogène sur le marché. La technologie électrique se retrouve sur un grand nombre de modèles et de toutes les catégories depuis la mini citadine aux véhicules utilitaires en passant par les SUV et les roadsters, et depuis les véhicules low cost aux voitures de luxe. La majorité des constructeurs automobiles ont déjà misé sur l’électrique et certains se concentrent exclusivement sur cette technologie, comme c’est le cas de Smart et bientôt de Mini. Pour ce qui est de l’hydrogène, l’offre est très limitée, d’autant plus que certains modèles ont été arrêtés, à l’instar du Honda Clarity Fuel Cell et de la Mercedes GLC F-Cell. Les seuls présents sur le marché sont donc le Hyundai Nexo et la nouvelle Toyota Mirai, mais trois autres modèles devraient bientôt les rejoindre. Il s’agit notamment de la BMW iX5 hydrogène, du Hopium Machina et du NamX HUV. Néanmoins, on compte aujourd’hui plusieurs modèles de véhicules utilitaires électriques qui ont été dotés de prolongateur à hydrogène : le Renault Master H2-Tech et prochainement l’Opel Vivaro-e Hydrogen, le Peugeot e-Expert Hydrogen et le Citroën ë -Jumpy Hydrogen.